Forums

Retour au forum Mon enfant est homo

honte au pasteur

Le 28 juin 2010 à 12:16 Répondre
le pasteur est mal renseigné. Il s'agit d'un problème de société actuel donc il faut se documenter sur le sujet.
Comme je l'indique dans ma précédente discu, l'homosexualité n'est jamais innée ni génétique, mais vient TOUJOURS du contexte familial. Père absent ou froid ou cassant, père et mère mal dans leur rôle, etc. bref l'enfant ne peut pas s'identifier, et aura toute sa vie des problèmes d'identité.

Le pasteur n'a pas raison. Jésus n'a rejeté personne car alors il ne serait pas le fils d'un Dieu d'amour et de pardon. Le jeune ou la jeune n'y peuvent rien, ce n'est pas de la perversion, mais un problème d'identité pour lequel il est innocent. Il subit sa nature, il ne la commande pas. Sa vie est difficile et il n'y peut rien.
Par contre je pense que la prière peut en effet lui aider moralement. Dieu n'est pas un père punitif mais amour et pardon.



13 réponses
Le 29 juin 2010 à 18:19 Répondre
Pour repondre a ta tehorie:
Est-ce-que c'est frequant une famille dont TOUS les enfants sont homosexuels?
Le 29 juin 2010 à 18:47 Répondre
Un problème d'identité? Donc j'ai un problème? Mais bien sur...
Le 29 juin 2010 à 19:02 Répondre
@Balade
L'homosexualité n'est jamais innée, ni génétique, mais vient TOUJOURS du contexte familial : père absent ou froid ou cassant, père et mère mal dans leur rôle, etc. Bref, l'enfant ne peut pas s'identifier et aura toute sa vie des problèmes d'identité.

"TOUJOURS" (sic), dîtes-vous ?

Mais alors, si tel était vraiment le cas, comment se fait-il que, dans la famille d'Alexandre, ce dernier soit le seul des trois frères à être attiré préférentiellement par les garçons ?

En espérant que vous consentirez à apporter une réponse à ce message, vu que ma précédente intervention est restée sans suite de votre part !

Bien à vous !
Le 29 juin 2010 à 19:06 Répondre
étrange j'ai une famille pas mal spéciale certes, mais il me semble aussi que mes autre frères et s?urs sont hétéros... alors qu'il n'y a jamais eu de traitement différents entre nous... alors mtn dit moi pourquoi je suis gay ? pourquoi j'ai décidé de me prendre la tête toute ma vite pour me défendre pour défendre mes droits les plus fondamentaux... alors que j'aurai pu passer pour hétéro comme pas mal d'homme mariés le font, mais dans ce cas là je n'aurai pas vécu ma vie mais celle d'un homme que je ne suis pas... Dieu nous a crée a sont image respectons là en nous respectons nous même déjà...
Le 29 juin 2010 à 22:08 Répondre
Je suis homosexuel, j'ai 27 ans, j'ai un frère et une soeur. Tout le monde a été traité de la même manière, et pourtant je suis le seul gay.

Je suis absolument pas d'accord que l'on devient gay à la suite de traitement spécial par les parents.

J'ai vécu un certain temps en me voilant la face, en ayant des petites amies. Je suis jamais été aussi heureux depuis que j'ai avoué mon homosexualité.

Je suis toujours été chrétien et croyant et je le suis toujours.
Le 30 juin 2010 à 6:00 Répondre
comme je l'ai dit sur une autre intervention, je prends acte que l'homosexualité peut survenir également dans des familles où d'autres enfants sont hétérosexuels. L'émission aura servi à informer le grand public et c'est une bonne chose.

Le 1 juillet 2010 à 2:07 Répondre
Balade, il se pourrait que vous soyez animée de bons sentiments, mais attention, l'enfer est pavé de bonnes intentions. Quant on veut tirer une conclusion aussi définitive sur un sujet aussi complexe, on ne se contente pas de lire un seul livre sur le sujet, probablement écrit par un prêtre-psychologue (si si ça existe!) notoirement homophobe mais masquant ses discours haineux d'une fausse compassion quant à la souffrance des homosexuels.
Premièrement, étant bien placé pour en parler, les souffrances (au pluriel) des homosexuels ne viennent pas du fait d'être homosexuel, mais viennent bien et UNIQUEMENT de l'homophobie générale de l'humanité. Quand l'homophobie n'est pas frontale et violente, elle est au moins pernicieuse, diffuse, fédératrice, et parfois ignorante d'elle même. Elle n'en a pas moins d'effets destructeurs sur la personnalité d'un jeune qui se questionne. Même dans la "communauté" homo, l'homophobie est présente. Non pas parce que c'est "normal" d'être homophobe, mais parce que tous les homos ont grandi avec l'homophobie autour d'eux, comme tout le monde, et l'ont intégrée, comme tout le monde.
Deuxièmement, pour en revenir à vos sources, lisez donc d'autres livres, des études scientifiques par exemple, qui ont démontré statistiquement, que la génétique est une des causes de l'homosexualité, mais pas la seule et qu'elle n'est pas sine qua none (çàd que tous les homosexuels ne le sont pas des suites de leurs gènes). Etant bien intéressé par le sujet, je ne suis pas contenté de lire un seul livre, mais j'en ai lu beaucoup. Une preuve statistique de l'existence indiscutable d'origines génétiques étant l'étude des fratries. Si on prend un individu au hasard dans la population mondiale, il a environ 5% de chance d'être homo, 95% d'être hétéro. Si on met tous ensemble les gens qui ont un frère ou une soeur homo, et qu'on pioche un individu au hasard dans cette population, sa chance d'être homo est de 25%. On peut se dire que c'est dû à l'éducation comme vous l'affirmez. Mais si on prend les jumeaux uniquement, si un des jumeaux est homo, il y a 50% de chance que l'autre le soit aussi. Cette différence entre les fratries standard et les fratries gemellaires ne peut pas s'expliquer par l'éducation uniquement (il y a eu des études sérieuses et pas qu'une). C'est une preuve qu'au moins certains cas d'homosexualité (et a priori une majorité des cas) sont d'origine génétique. Mais les études vraiment sérieuses affirment aussi que cela ne peut pas "expliquer" tous les cas, et qu'il existe aussi des origines endocrinologiques ou hormonales, des origines psychologiques ou éducationnelles, voire des circonstances de la vie, ou une combinaison de plusieurs facteurs. Eh oui! Il n'y a pas une seule façon d'être homo, pas une seule façon de vivre son homosexualité, pas une seule façon de se sentir homo. Il n'y a pas non plus une explication unique, en tout cas aucune qui soit aussi péremptoire que la vôtre.
Troisièmement, peut importe l'origine de sa sexualité pour un individu donné. Ce qui importe pour chaque individu concerné, c'est d'avoir les mêmes droits de vivre que tous les autres, de même qu'on doit avoir les mêmes droits qu'on soit noir ou blanc, petit ou grand, suisse ou belge, germanophone ou francophone, qu'on aime les lentilles et pas les petits pois ou l'inverse, c'est à dire qu'elles que soient les caractéristiques individuelles qu'on ne choisit pas ET qui ne causent de tort à personne (ceci afin de couper net les arguments homophobes ironiques et absurdisants qui prétendent que si on doit donner les mêmes droits aux homos, il faudrait alors pardonner aux terroristes qui ont bien le droit d'exister aussi).
Quatrièmement, ce sont toujours les mêmes clichés qui sont resservis sur le père absent ou dominé par sa femme autoritaire et castratrice, pour expliquer l'homosexualité du petit garçon. Pourtant les juifs ne sont pas tous homos (humour! hommage à un autre cliché de la mère juive). Avec ces arguments, on se concentre sur l'homosexualité masculine et on zappe donc allègrement l'homosexualité féminine. Sans doute parce que cette homosexualité-là est souvent considérée comme "moins grave", dans l'esprit de beaucoup d'hétéros, il n'y a sexe que s'il y a pénis.
Vous écrivez que ce type de couple (père absent, mère trop présente) aura des enfants avec des problèmes d'identité. Vous considérez donc bien l'homosexualité comme un problème (et vos intentions ne sont peut-être pas si bonnes). Désolé de vous le dire, mais comme la plupart des homos, je n'ai aucun problème d'identité, je sais très bien qui je suis, ce que je suis et j'assume très bien d'être un homme, viril, poilu et homosexuel. Mon seul problème est l'homophobie. Et mon frère, hétéro, élevé avec moi par les mêmes parents, n'a pas plus de problème d'identité que moi, merci pour lui!
Enfin pourquoi voit-on toujours des caractéristiques masculines ou féminines à ce qui ne sont que des caractéristiques humaines??? Désolé de vous rendre le monde compliqué mais il me semble que vous le voyez un peu trop simplement (blanc-noir, homme-femme, masculin-féminin, rose-bleu, acquis-inné). Désolé, mais le gris, le mauve, l'humain, les combinaisons, tout ça existe aussi et rendent peut-être le monde un peu plus compliqué mais aussi et surtout beaucoup plus riche, plus beau et plus intéressant.
Le 1 juillet 2010 à 3:11 Répondre
@Anonyme ("nico")

Je souscris in extenso à l'intégralité du contenu afférent au message de @nico, dont on ne peut que chaleureusement féliciter son auteur pour la qualité rédactionnelle qui l'imprègne.

@Anonyme ("nico")
Désolé de vous rendre le monde compliqué, mais il me semble que vous le voyez un peu trop simplement (blanc-noir, homme-femme, masculin-féminin, rose-bleu, acquis-inné) ! Désolé, mais le gris, le mauve, l'humain, les combinaisons, tout ça existe aussi et rend peut-être le monde un peu plus compliqué, mais aussi et surtout beaucoup plus riche, plus beau et plus intéressant.

Abolutely, comme l'aurait rétorqué si vocalement l'illustre Barbra Streisand à la lecture de ce qui précède ! :-) lol

Le passage précité me rappelle d'ailleurs, non sans un certain émoi, ce que m'avait confié, jadis, un professeur émérite, dont le charisme tutélaire, l'affabilité et l'ouverture d'esprit panoramique ont marqué ma mémoire.

Il disait (en substance) :

-> On pourrait rétorquer à certains manichéens - pour lesquels tout se réduirait à la simple dualité blanc ou noir - que les multiples déclinaisons chromatiques de l'arc en ciel apportent un cuisant démenti à leurs apriorismes réducteurs.

Dont acte !
Le 12 juillet 2010 à 1:54 Répondre
Bon, je l'écris ici comme je pourrais l'écrire ailleurs, moi, ce qui me dépasse, c'est l'incroyable nombre de personnes qui ont l'orgueil de prétendre savoir ce qui est mieux pour les autres dans leur vie amoureuse et sexuelle. Elles n'ont pas conscience du mal qu'elles peuvent faire avec leurs "bonnes intentions" intrusives et sont généralement incapables de remettre en question leurs idées, qui relèvent le plus souvent du cliché total. Un peu de respect et d'humilité face à l'Autre et sa sphère intime ne serait vraiment pas un mal. Merci d'y penser avec les gens qui vous entourent, c'est là que tout commence effectivement, pas l'orientation sexuelle, non, mais le choix de cultiver l'authenticité et le respect (à mon avis les deux sont liés) ou non.
Le 16 juillet 2010 à 2:01 Répondre
"Père absent ou froid ou cassant, père et mère mal dans leur rôle, etc. " Comme si les parents devaient toujours avoir le même schéma pour être des parents aimant qui ne donnent pas des homosexuels...J'ai une mère qui est très masculine, ça ferait de moi une homosexuelle,car je n'ai pas eu cette présence féminine donc mon identité serai perdu et je devrai aller prier Dieu pour qu'il pardonne mon "pêcher" ?
Je ne suis pourtant pas homosexuelle, mais ça ne m'empêchera pas de soutenir leurs causes; que font-ils de mal ? Ils s'aiment ! Mais juste parce qu'ils sont de même sexe ce serait impossible ? N'importe quoi.
Selon moi, c'est l'homosexualité, c'est comme l'hétérosexualité, ça se pose pas de savoir à qui la faute, pourquoi, comment, ça va de paire avec l'amour. C'est du même ordre que les sentiments, ça ne s'explique pas !

"Par contre je pense que la prière peut en effet lui aider moralement. Dieu n'est pas un père punitif mais amour et pardon."
Je ne suis pas croyante, c'est sûrement pour ça que cette phrase me fait rire; si je devais me confier, j'irais chez une amie, car elle au moins je sais qu'elle existe et en plus elle peut me donner des conseils et m'aider.

PS: faut vraiment avoir une vie (sentimentale) plate pour commencer à critiquer les autres et ne rien avoir à faire de ses journées.
Le 24 juillet 2010 à 23:20 Répondre
"Balade"
Je trouve très bien que vous cherchiez à vous renseigner sur ce vaste sujet. Et c'est bel et bien parce qu'il est vaste qu'on ne peut en aucun cas faire des généralisations (il n'y a guère que dans certaines formules mathématiques que le "toujours" est applicable)

En ce qui concerne la psychologie, je ne suis de loin pas un spécialiste. Vous citez Françoise Dolto, psychanalyste et pédiatre française. Il faut juste savoir que la psychologie comporte en son sein divers courant dont les plus connus sont la psychodynamique, thérapie cognitivo-comportementale, la psychanalyse et la systémique.

Pour votre information, la psychanalyse est omniprésente en France. Par contre, si vous parlez des écrits de Françoise Dolto à bon nombre de psychologues suisses, vous les verrez grimacer.

Ainsi, si le sujet vous intéresse, continuez à vous renseigner, mais pas seulement avec des ouvrages de psychologie.

Enfin, sur le sujet de la spiritualité, je peux comprendre certains homosexuels qui ont énormément souffert de l'attitude des prêtres et pasteurs. Je peux juste ajouter qu'il existe des prêtres extrêmement ouverts et bien renseignés sur la question de la spiritualité et de l'homosexualité. Ils pensent même que ce n'est en aucun cas incompatible. Bien évidemment, ils sont priés par leurs supérieurs de ne pas prendre de telles positions dans les médias...
Le 1 août 2010 à 17:38 Répondre
J'ai eu une enfance merveilleuse. Une mère et un père aimant et tout deux présent. J'ai tout a fait eu la possibilité de m'identifier à un père, un homme. Je peux vous garantir que mon homosexualité ne trouve pas son origine dans mon contexte familiale. Si elle n'est pas génétique, personne ne l'a prouvée dite vous, mais personne n'a prouvé le contraire non plus!!! je ne sais pas d'où elle vient. A bien y réfléchir je retrouve des comportements homosexuel dans mon enfance, mon adolescence. Ensuite je suis rentré dans le moule, j'ai joué le rôle de l'hétéro. Aujourd'hui je veux vivre MA vie et je ne cherche pas à savoir a qui je dois mon homosexualté.
Le 31 août 2010 à 13:18 Répondre
Anonyme 1 Août 17:38

Bonjour,

J'ai vécu une expérience similaire à la tienne.
Je rajoute que si la normalité était d'être homosexuel, ce serait les hétéro qui devraient se justifier. C'est leur comportement qui serait sans cesse décortiqué, jugé... et pour lequel on irait chercher je ne sais quelles explications... Qu'on nous laisse vivre notre vie, nous ne faisons de mal à personne!!!! Nous nous cherchons à être heureux par rapport à ce que nous trouvons au fond de nous et non pour correspondre à je ne sais quel modèle préfabriqué par lequel on nous fait croire que c'est "ça" le bonheur!!!!!
Ce forum est en lecture seule, vous ne pouvez plus intervenir.