Forums

Retour au forum Mon enfant est homo

Le 8 août 2010 à 15:37 Répondre
J?ai été très ému par le reportage (j'ai pleuré) et je suis très content de l?avoir vu, car je vis avec mon plus jeune fils (j?en ai trois : Benoît, 20 ans, Guillaume, 19 ans et Julien, 17 ans), qui a annoncé son homosexualité à 15 ans, une situation très semblable à celles des parents de ce reportage, sauf que je suis un père seul. Mon fils Julien est très semblable à Lucien du reportage, que je félicite pour son équilibre et son courage. Mais Julien est plus provocateur que Lucien. Julien est volontiers anti-conformiste, p. ex. dans ses tenues vestimentaires. Il a voulu mettre sur facebook des photos de lui et de son copain s'embrassant. J'ai quand même eu un choc en les voyant. Maintenant qu?il a 17 ans, on sait dans son école qu?il a un copain et qu?il veut vivre sa différence au grand jour. Il veut le dire. Il a subi des discriminations. Dans le cours de gym, le prof. l'a obligé à prendre sa douche à part des autres garçons de sa classe. Julien est revenu en pleurent car cela a créé chez lui un problème supplémentaire : celui de l'identité sexuelle. Il n'a pas de problème avec son corps de garçon, bien au contraire il est fier d'être un beau garçon et met volontiers en valeur son physique (parfois un peu trop à mon goût). Je suis allé trouver le prof. qui m'a dit qu'il avait écarté Julien du groupe pour la même raison que l'on sépare les filles des garçons. Il a ajouté qu'il ne pouvait tout de même pas faire un cours spécial pour des garçons comme Julien. Il a développé toute une théorie en prenant comme argument de la différence de Julien le fait qu'il a une pilosité très peu développée. D'après lui, c'était le signe d'une anomalie hormonale. J'ai eu aussi des remarques blessantes venant de membres de ma famille, qui est assez bourgeoise. Un oncle m?a dit que j?avais eu un fils de trop et qu?il aurait mieux valu que Julien soit une fille ou qu?il ne soit pas né. Mais Julien est un enfant que nous avons désiré. Si nous avions su à l'avance que l'enfant qui allait naître serait un garçon homosexuel, nous n'aurions rien fait pour qu'il ne naisse pas. Une cousine a interdit à son fils de fréquenter Julien, car elle a peur de ce qui pourrait arriver : voilà son expression. Elle a même ajouté des détails qui m?ont fait très mal. Mais j?aime Julien comme il est. Son homosexualité ne change rien pour moi. La meilleure compréhension vient des filles de sa classe, mais les autres garçons sont parfois très cruels avec lui. C?est un garçon très très sensible, très gentil et très intelligent, mais j?ai peur pour sa dernière année de Lycée et pour son avenir. Il veut faire les mêmes études que moi (la philologique classique), car il est passionné par le latin et le grec ancien. Ses deux frères sont parfois jaloux, car ils disent que je préfère Julien à eux. Tout cela est très compliqué pour moi et j?aimerais rencontrer des parents qui vivent une situation analogue pour voir comment ils réagissent parce que parfois c'est très difficile de réagir correctement. Je donne un exemple : Julien et son ami ont voulu cet été visiter Rome. J'ai dit oui, mais je les ai accompagnés en leur disant et que pourrais les guider et qu'ils pourraient avoir sur place autant de moments de liberté qu'ils le voudraient. A la fin de la première semaine, Julien m'a reproché d'être un hypocrite et d'être venu pour les espionner parce que j'avais peur que leur comportement ne soit pas adéquat. Il m'a dit ceci : "tu as peur sans doute que l'on s'embrasse sous la fenêtre du pape et que l'on soit embarqués par la police et que tu sois inquiété parce qu'on est mineurs. Tu as peur pour ta réputation de professeur d'université bien pensant et conformiste dans ton petit milieu mesquin d'hétéros et de cathos refoulés". Voilà ce que mon fils m'a dit. Et c'est un peu vrai. Même moi, j'ai des préjugés. Julien me demande tout le temps de lui faire confiance. Si des parents peuvent me donner des témoignages, je serais content, car Julien traverse une phase très difficile et c'est très difficile de l'accompagner.
7 réponses
Le 12 septembre 2010 à 23:37 Répondre
votre témoignage me touche beaucoup.... j'ai 32 ans, gay, je vis en couple depuis bientôt six ans. J'aimerais bien échanger avec vous mais de manière plus privée, si cela vous dit?
Le 12 septembre 2010 à 23:38 Répondre
skaterbloke78@yahoo.com au cas où vous désireriez m'écrire ;) salutations
Le 13 septembre 2010 à 21:35 Répondre
Bonsoir, je peux vous dire qu' votre témoignage ma touché beacoup plus qu' le reportage en soi. J'ai aussi deux enfants fille et garçon, ils sont plus petits 8 et 2ans.Dans ma famille, j'ai un cousin qu'à eu beacoup du mal à se faire accepter, et cela fut tjs pas le cas pour tous les membres de la famille. Toute fois, c'est entre tous, le seul à juger personne, tjs prêt à aider, à l'écoute et la personne plus sensible qu' je connaît. Il est coiffeur professionnel, au Brésil, un pays encore plus discriminateur qu' on puisse imaginer. Moi aussi, j'ai eu très peur, cette année, car nous sommes parti, moi ainsi qu' mes enfants au Brésil, et deux jours avon, j'ai vu ses photos sur le net, il était habillé comme une vrai femme, et même moi, j'ai eu du mal à lui reconnaître.. mais la seule chose qu' j'ai à dire, c'est qu' personnelemente, je préfére, si c'était à le faire, avoir des enfants épanuis, qu' s'assument et qu' aiment quelqu'in, et qu sont aimés, qui d'avoir élévé un enfant capable de faire du mal, psycologiquement où physiquement, résultat d'une frustration quiconque.
Le 20 septembre 2010 à 3:04 Répondre
Bonjour,

Je suis moi-même gay et j'ai 33 ans. J'ai fais mon coming-out le soir de Noël en invitant mon copain pour le repas. Autant dire que c'était fracassant.

Ma mère a pleuré toutes les larmes d'elle avait, mon frère m'a dit qu'il était content d'être homophobe et que je le dégoutais au plus haut point en m'interdisant même d'approcher son fils le jour qu'il en aurait un...

Je trouve honnêtement l'attitude de votre fils pas très sympa. Je me suis rendu compte en faisant mon coming-out de l'implication pour mes proches et particulièrement ma famille. J'ai eu ensuite l'intelligence d'en parler progressivement à ma mère et à mon frère.

C'est volontiers que nous pourrions en discuter ensemble autour d'un verre, voici mon e-mail : inside_david@hotmail.com

J'imagine que pour un parent ça ne doit pas être facile, alors votre fils pourrait un minimum vous aider et pas se poser systématiquement en victime.

N'hésitez pas à me contacter et je vous aiderai dans les limites de mes capacités lol

Je ne suis pas fier d'être gay comme je n'aurai pas été fier d'être hétéro. Je dis toujours que rien ni personne ne m'empêchera de vivre ma vie et d'être heureux...
Le 5 décembre 2010 à 8:16 Répondre
Bonjour,

Tout vos témoignages me touchent énormément. Je viens de regarder le reportage, pour un travail à l'unviersité. Moi même homosexuelle, je vis au Québec depuis 2 ans. Je dois dire que j'ai été choquée à la vue de se reportage. J'avais oublié à quel point la situation pouvait être difficile pour les homosexuels en Suisse et plus particulièrement les jeunes homosexuels. J'ai senti le besoin de partir de la suisse à 18 ans, ne supportant plus toute cette homophobie. Je suis partie pour une société plus tolérante (à mon avis) face à cette question. Ici, à Montréal je vis au grand jour et je n'ai jamais été plus épanouie. Grâce à ce havre de paix, j'ai pu me construire un bouclier et je suis prête à rentrer en Suisse dès la fin de mes études. Alors si vous avez l'occasion je vous conseil vivement de visiter un pays ou les droits des homosexuels sont plus avancé. Et si ce n'est pas possible, un simple reportage peut faire l'affaire. C'est tellement soulageant de réaliser qu'il y a d'autre facon de voir le monde. Et puis je suis sur que dans un jours pas si lointain, la Suisse sera très ouverte également. Croisons les doigts... Je tiens juste à rajouter qu'il y a un organisme au Québec nommé GRIS qui fait le tour de la plupart des classes pour Car selon moi, la plupart de ces réactions découlent de l'ignorance, je suis certaine que s'ils étaient capable d'exprimer leurs questions et inquiètudes à haute voix, de nombreux problèmes seraient réglé.

Si queql'un souhaite s'entretenir avec moi par email, je serais très contente de le faire. Dite le moi et je vous ferais parvenir mon adresse courriel.
Le 5 décembre 2010 à 8:19 Répondre
un organisme au Québec nommé GRIS qui fait le tour de la plupart des classes pour démystifier l'homosexualité
Le 8 décembre 2010 à 22:16 Répondre
@Anonyme ("Tulipe")
Je suis intéressé de communiquer avec vous. Vous pouvez laisser votre mail et je vous contacterai. Comme vous, j'ai été choqué, malade même, à la vue de ce reportage.
Ce forum est en lecture seule, vous ne pouvez plus intervenir.